Comment gérer et prévenir les risques sur un chantier d’extension ?

Gérer la sécurité sur un chantier d’extension est une responsabilité majeure du coordonnateur. En effet, les artisans sont exposés à de nombreux risques physiques, électriques ou biologiques. Avant le début des interventions, il convient d’anticiper ces dangers et de mettre en place les mesures préventives et protections adaptées. Il est également nécessaire de tout mettre en œuvre pour éviter les expositions à l’amiante ou aux nuisibles.

Les principaux risques sur un chantier 

Sur un chantier de construction ou de rénovation, différents risques sont présents. 

A lire aussi : Marketing d'influence : comprendre le principe

  • Les risques de chutes, depuis des échelles ou des échafaudages, exposent également aux traumatismes graves. 
  • Il existe également des risques d’incendie ou de dégâts des eaux liés à la manipulation de matériaux ou d’éléments de second œuvre. 
  • L’utilisation quotidienne d’engins motorisés pour le transport de matériaux induit des risques de collision. 

Le moindre accident peut avoir de lourdes conséquences. Une vigilance et un respect scrupuleux des consignes de sécurité s’imposent donc. Vous pouvez en lire plus ici.

Assurer la sécurité des ouvriers 

La sécurité du personnel sur le chantier passe d’abord par le port des équipements de protection individuelle (EPI) appropriés aux risques encourus. Les travaux en hauteur nécessitent un casque et un harnais. La manutention lourde exige des chaussures de sécurité et des gants robustes. Les intervenants doivent disposer des équipements adaptés à chaque tâche. Il s’agit également de délimiter clairement la zone de travaux afin d’en interdire l’accès non réglementé. Le balisage du périmètre lors des travaux garantit la sécurité du personnel sur le site. L’accès des engins de chantier doit également suivre des règles strictes pour éviter tout risque de collision. 

Sujet a lire : Quelles stratégies adopter pour un investissement réussi dans le Bitcoin ?

Sécuriser le chantier 

Outre la protection du personnel, le chantier dans son ensemble doit faire l’objet de mesures de sécurisation. Le filet de protection en façade empêche toute chute de matériaux ou outillage vers le sol. Les ouvertures chez les voisins ou dans les planchers intermédiaires nécessitent une couverture pérenne le temps des travaux. Pour limiter les risques électriques, il est préférable d’installer des barrières isolantes autour des tableaux ou de mettre hors tension les circuits proches du chantier. Ces aménagements structurels évitent tout accident et sécurisent durablement l’environnement alentour.

Prévenir les risques biologiques 

La sécurité sur le chantier passe également par la prévention des risques biologiques potentiels. En cas de travaux sur des bâtiments anciens, une analyse de substances dangereuse doit être effectuée afin de déterminer la présence d’amiante. Il faut alors procéder au désamiantage certifié des zones contaminées s’imposent en amont. Cette opération, réglementée et effectuée par des professionnels, est indispensable. Par ailleurs, la présence répétée de travailleurs sur place peut favoriser les infestations par les nuisibles. Une lutte antiparasitaire régulière contre les rongeurs et insectes est donc requise durant toute la durée du chantier, avec traçabilité des interventions. Ces mesures de précaution évitent d’exposer quiconque à des pathologies graves liées à l’amiante ou aux morsures & piqûres.